L’appel de la nuit. Il y a des soirs, où l’envie irrépressible me prend d’aller me hisser sous les cimes des arbres, d’humer la végétation, d’observer ses expressions quand le tumulte de la journée s’est tu. L’éclairage des lampadaires me les révèle à travers des couleurs délicieuses et de subtiles nuances. J’enregistre leur présence en expansion. Plus je les observe, plus je les vois. C’est tout un monde qui vibre, ce vivant qui m’entoure. Et je me lie à lui, par la photographie.