Blue gateway 

Confinement, mars/avril/mai 2020

 

 

Basculement soudain dans un autre espace-temps.

Évènement historique qui propulse dans l'intime. 

Face à face avec nos intérieurs. 

Espace réduit. Temps flottant. 
Premières loges pour accueillir le printemps. 

J'ai arpenté tous les recoins de cet univers restreint, l'appareil en main à chaque escapade devenue alors évènement. L'attention inédite portée à l'environnement immédiat, m'a révélée un autre monde loin d'être limité. J'ai senti la poésie de partout, dans l'agitation des feuilles, le reflet d'une voiture, les débris d'une vitre brisée, les lumières et les ombres, les textures, les traces de présence, les marques d'absence... Tout cela, je me suis mise à le collecter. D'emblée, par envie d'évasion (et aussi d'exploration de mon boitier), j'ai trafiqué mes réglages, changé la colorimétrie, choisi le bleu. Le monde alentour devenu monochrome, devenait encore plus étrange, plus curieux à travers mon viseur. Je l'observais avec d'autant plus d'attention et une certaine fascination que je n'arrive toujours pas à expliquer.